Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Incipit

Welcome ! Bienvenue à ma remise personnelle des oscars et des gérards du cinéma mondial ! Vous trouverez ici des strass, du people, des paillettes, du mousseux, des spots, du bodyguard, mais surtout et par dessus tout : du partage !

Alors dévalez le tapis rouge à toute vitesse et venez lire, apprécier et commenter les critiques cinématographiques de ce blog ! Thank you !

 

 <<Le cinéma, c’est l’écriture moderne dont l’encre est la lumière.>>

Recherche

Script

"Vous connaissez ma femme ? Elle est belle hein ?" Le chef, RRRrrrr !!!

 

« Ecoute Bernard... J’crois que toi et moi, on a un peu le même problème ; c’est qu’on peut pas vraiment tout miser sur notre physique, surtout toi. Alors si je peux me permettre de te donner un conseil, c’est oublies qu’t’as aucune chance, vas-y, fonce ! On sait jamais, sur un malentendu ça peut marcher... " Gilbert, Les bronzés font du ski.

 

  "J’adore l’odeur du Napalm au petit matin " Apocalypse now.

   

"- Vous voulez terminer comme ces poulets ? Vous voulez mourir Bramard ? Décapité, vidé, plumé, c’est ça qu’vous voulez ?
  - Si c’est pour garder mes poules, oui !"OSS 117.

 

"Plutôt que l'amour, que l'argent, que la foi, que la célébrité, que la justice... donnez-moi la vérité" Into the wild.


L'écologie tend à combler le fossé que l'industrie a creusé entre l'homme et les animaux.

Je compense le carbone de mon blog avec les Petits gestes écolos de bonial.fr
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 21:48

Petite présentation et critique personelle du film Carnage que je viens de visionner.

 images-copie-1

Synopsis:

Dans un jardin public, deux enfants de 11 ans se bagarrent et se blessent. Les parents de la "victime" demandent à s'expliquer avec les parents du "coupable". Rapidement, les échanges cordiaux cèdent le pas à l'affrontement. Où s'arrêtera le carnage ?

 

Fiche technique:

Réalisateur: Roman Polanski.

Avec: Kate Winslet, Christoph Waltz, Jodie Foster, John C.Reilly.

Nationalité: Français, polonais, espagnol et allemand.

Durée: 1h20.

Date de sortie: 7 décembre 2011.

 

Critique personelle:

           N'étant pas un fin connaisseur de ce grand réalisateur qu'est Polanski (je n'ai vu de lui qu'Oliver Twist et Rosemarys' Baby), je serais bien incapable de dire si dans ce film on retrouve la "patte du réalisateur" ou des thèmes récurrents de Polanski... Sorry (mais lisez quand même l'article hein ?...Svp... Eh oh ?... Y'a encore quelqu'un ?...Bon.).

Il faut savoir que ce film était au départ une pièce de théatre de Yasmina Rezza que Polanski a donc adapté pour le grand écran, ce qui implique beaucoup de choses : -Acteurs très expressifs voire carricaturaux.

-Modification du scénario pour l'adaptation.

-Les scènes sont très longues, il faut donc que les acteurs jouent très bien durant très longtemps à chauqe fois, la moindre erreur forçant à tous recommencer.

-Un film qui ne se passe QUE dans UNE pièce ce qui est très rare mais qui s'oublie totalement lors du visionnage tant le celui-ci est captivant.

-Polanski fait également le choix de ne pas utiliser de musique, on fait ainsi mieux le rapprochement avec une pièce de théatre.

 

           Et c'est bel et bien dans une pièce de théatre que l'on est plongé par des acteurs renversants ! On connaissait le fantastique jeu d'acteur de Christoph Waltz (Ici Alan Cowan) dans Inglorious Basterds en tant que le Colonel SS Landa ("Un verre de lait Monsieur Lapadite !"), dans ce film il confirme son arrivée dans la cour des grands avec une prestation de haute voltige. Très juste dans son rôle d'avocat égocentrique qui ne se soucie pas des problèmes du quotidien qu'il juge "futile" car empreint d'une "vision du monde des plus capitalistes". Il ne respecte rien, ne fait preuve d'aucune politesse mais est au contraire d'une attitude hautaine envers ses hôtes... Bref c'est encore Waltz qui se tape le rôle du méchant quoi !... Mais en même temps il y arrive tellement bien...

Les trois autres personnages ont eux aussi des caractères très déterminés, carricaturaux même. Il y a :

Nancy Cowan (Kate Winslet) : la femme raffinée mais autoritaire.

Penelope Longstreet (Judie Foster) : L'humaniste, l'indignée.

Mickael Longstreet (John.C.Reilly) : Le conciliant,qui essaye d'être gentil avec tous le monde et de reconcilier le peuple.

(Waltz alias Alan Cowan étant donc le salaud)

... Vous vous doutez bien que la réunion de 4 personnes de caractères aussi diamétralement opposés dans la mêe pièce va donner un joli... CARNAGE !

Et on sent bien la tension ambiante dans ce petit appartement New-Yorkais qui monte petit à petit, les "pics" qu'ils se lancent entre eux de manière quasi-subliminale au début, débordant de mépris à la fin !

Ainsi tout ce petit monde maintient un comique de situation omniprésent, chaque scène enfonçant un peu plus la situation dans la frustration jusqu'à l'explosion finale ou tous part en c... cacahuète !!

Mais plus qu'une comédie dramatique ce film est aussi à sa manière philosophique. On voit une rencontre/un conflit entre les différentes philosophies de vie existantes dans les sociétés occidentales (cf les scènes où ils parlent de la misère en Afrique) , allant de la générosité humaniste (Penelope) au désintérêt le plus total pour tout ce qui ne nous touche pas (Alan). Les visions de la vie optimistes ou pessimistes des uns et des autres se rencontrent dans un fracas tonitruant à travers ce film/pièce que je considère déjà à titre personnel comme l'une de mes comédies favoris !

 

Seul bémol... ça ne dure que 1h20... On en redemande !

 

Autre bémol... Ah non désolé j'en ai pas trouvé...

 

 

 19796503 jpg-r 160 240-b 1 D6D6D6-f jpg-q x-201108-copie-2

Partager cet article

Repost 0
Published by fautlevoirpourlecroire - dans Comédie - Comédie dramatique
commenter cet article

commentaires