Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Incipit

Welcome ! Bienvenue à ma remise personnelle des oscars et des gérards du cinéma mondial ! Vous trouverez ici des strass, du people, des paillettes, du mousseux, des spots, du bodyguard, mais surtout et par dessus tout : du partage !

Alors dévalez le tapis rouge à toute vitesse et venez lire, apprécier et commenter les critiques cinématographiques de ce blog ! Thank you !

 

 <<Le cinéma, c’est l’écriture moderne dont l’encre est la lumière.>>

Recherche

Script

"Vous connaissez ma femme ? Elle est belle hein ?" Le chef, RRRrrrr !!!

 

« Ecoute Bernard... J’crois que toi et moi, on a un peu le même problème ; c’est qu’on peut pas vraiment tout miser sur notre physique, surtout toi. Alors si je peux me permettre de te donner un conseil, c’est oublies qu’t’as aucune chance, vas-y, fonce ! On sait jamais, sur un malentendu ça peut marcher... " Gilbert, Les bronzés font du ski.

 

  "J’adore l’odeur du Napalm au petit matin " Apocalypse now.

   

"- Vous voulez terminer comme ces poulets ? Vous voulez mourir Bramard ? Décapité, vidé, plumé, c’est ça qu’vous voulez ?
  - Si c’est pour garder mes poules, oui !"OSS 117.

 

"Plutôt que l'amour, que l'argent, que la foi, que la célébrité, que la justice... donnez-moi la vérité" Into the wild.


L'écologie tend à combler le fossé que l'industrie a creusé entre l'homme et les animaux.

Je compense le carbone de mon blog avec les Petits gestes écolos de bonial.fr
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 16:37

Réalisateur : Jason Reitman

 

Avec : Ellen Page, Michael Cera, Jennifer Garner, Jason Batemon...

 

Année : 2007

 

Genre : Comédie-Drame

 

Nationalité : Américain

 

Durée : 1h30

 

Mots clés : Frais, Touchant, Appaisant, Plaisant, Amusant.

               Un film calme, sympa, "fin", à ne pas regarder si c'est juste pour s'amuser un moment entre amis, mais plutôt à savourer seul, quand l'envie nous vient de passer une après-midi ou une soirée posée, à penser à autre chose que son petit monde...

 

               C'est sur le thème de l'adolescence et de l'enfantement que porte ce film, Juno, le troisième long-métrage de Jason Reitman (après "Thank you for smoking" et "In god we trust"), réalisateur que je découvre donc pour la première fois et qui est loin de me décevoir !

Partant d'une idée de base assez simple : Une jeune américaine de 16 ans (nommée Juno), perdue dans sa vie, mais aussi fringante que peut l'être une "semi-femme" de cet âge là, qui par "hasard" tombe enceinte. Concept basique, devenant une histoire envoutante, vibrante d'émotion, pleine de vérités et de rêves : une histoire écrite par Diablo Cody (scénariste)

 

               Ellen Page, jeune actrice que l'on a rencontré il y a peu dans Inception, nous emporte et nous transporte dans son interprétation flamboyante de Juno, rôle à la fois simple et atypique, tant la comédienne nous rend son personnage fascinant. A la fois sure d'elle-même et en proie aux doutes des adolescent(e)s; à la fois heureuse de ce qui lui arrive, tourmentée par moments, et tellement détachée de son état à d'autres instants que c'en est surprenant. Le choix que fait Juno, qui est de garder l'enfant jusqu'à l'accouchement pour ensuite le vendre à un couple en mal d'enfant, nous situe bien dès le début dans l'optique d'un personnage innatendu et haut-en-couleur, ce qui ne manquera pas de s'avérer vrai !

 

               La réalisation aussi est réussie ! Les couleurs vives nous plongent dans un univers ne se voulant pas des plus réalistes, mais plutôt un univers où "les choses sont possibles". Sinon comment le scénario aurait pu paraitre plausible ? Le père de Juno (interprété par J.K Simmons) ne semble pas véritablement choqué d'apprendre que sa fille de 16 ans est enceinte, ne lui fait aucune leçon et se propose simplement de l'aider pour son adoption, naturel quoi... La proximité immédiate et le lien qui se crée entre le futur père adoptif (joué par Jason Bateman) et Juno, sans complexes ni aucunes gênes, semblent aussi totalement demesurés compte tenu de la situation. Néanmoins cette relation qu'ils entretiennent est primordiale pour la suite du scénario, alors mieux vaut laisser le scénario et les personnages comme ils sont et faire évoluer plutôt leur environnement, je trouve ?

 

 

 

 

               Alors finalement qu'est ce qu'il manque à cette comédie dramatique à la fois "décontracte" et engagée (sur le thème de la grossesse adolescente) ? Peut-être un brin de folie. Peut-être qu'on ne s'envole pas assez haut. Peut-être que l'on plane simplement pendant une heure et demie, mais que finalement, à l'heure de remonter une dernière fois pour un saut ultime, on atterit simplement en douceur. Comme si l'histoire se terminait trop tôt, ou simplement n'atteignait à aucun moment les sommets que l'on appercevait pourtant de plus en plus au fil des minutes !

Il aurait fallu pour cela peut-être, à mon avis, une scène en plus. Une scène qui aurait mis fin à tous les tracas, à toutes les intrigues. Une scène tonitruante qui nous aurait conduit beaucoup plus haut que la fin de ce film, qui est tout de même une fin très plaisante (!), le personnage de Paulie (meilleur ami de Juno et père de son enfant, joué par Michael Cera) prenant d'ailleurs alors beaucoup plus de sens. Mais avec un film pareil, on pouvait quand même attendre mieux. Des fois une scène peut faire la différence...

Mais même sans cette "scène hypoyhétique", finalement ce film d'une grande douceur suffit à changer une journée morose, en une douce après-midi agréable voire enchantante, pour ceux qui apprécieront le plus (qui pourrait ne pas aimer ?). Et finalement c'est un peu pour ça qu'on aime le cinéma, c'est d'abord un passe-temps communicatif.

 

Note personnelle :

TOTAL (/20) 15
Originalité / Scénario (/5) 4
Acteurs / Interprétation (/5) 4
Message véhiculé / Thèmes / Ambiance (/5)
3
Photographie (décors, images, musique...) (/5) 4

 

Bande-annonce :


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires