Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Incipit

Welcome ! Bienvenue à ma remise personnelle des oscars et des gérards du cinéma mondial ! Vous trouverez ici des strass, du people, des paillettes, du mousseux, des spots, du bodyguard, mais surtout et par dessus tout : du partage !

Alors dévalez le tapis rouge à toute vitesse et venez lire, apprécier et commenter les critiques cinématographiques de ce blog ! Thank you !

 

 <<Le cinéma, c’est l’écriture moderne dont l’encre est la lumière.>>

Recherche

Script

"Vous connaissez ma femme ? Elle est belle hein ?" Le chef, RRRrrrr !!!

 

« Ecoute Bernard... J’crois que toi et moi, on a un peu le même problème ; c’est qu’on peut pas vraiment tout miser sur notre physique, surtout toi. Alors si je peux me permettre de te donner un conseil, c’est oublies qu’t’as aucune chance, vas-y, fonce ! On sait jamais, sur un malentendu ça peut marcher... " Gilbert, Les bronzés font du ski.

 

  "J’adore l’odeur du Napalm au petit matin " Apocalypse now.

   

"- Vous voulez terminer comme ces poulets ? Vous voulez mourir Bramard ? Décapité, vidé, plumé, c’est ça qu’vous voulez ?
  - Si c’est pour garder mes poules, oui !"OSS 117.

 

"Plutôt que l'amour, que l'argent, que la foi, que la célébrité, que la justice... donnez-moi la vérité" Into the wild.


L'écologie tend à combler le fossé que l'industrie a creusé entre l'homme et les animaux.

Je compense le carbone de mon blog avec les Petits gestes écolos de bonial.fr
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 17:20
Fiche technique
Réalisateur : Pierre Schoeller
  • Avec Olivier Gourmet, Michel Blanc, Zabou Breitman plus  
  • Genre : Drame 
  • Nationalité : Français 
  • Date de sortie : 26 octobre 2011
  • Durée : 1h52

 19796503_jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20110816_015804.jpg

Synopsis : Le ministre des Transports Bertrand Saint-Jean est réveillé en pleine nuit par son directeur de cabinet. Un car a basculé dans un ravin. Il y va, il n’a pas le choix. Ainsi commence l’odyssée d’un homme d’Etat dans un monde toujours plus complexe et hostile. Vitesse, lutte de pouvoirs, chaos, crise économique… Tout s’enchaîne et se percute. Une urgence chasse l’autre. A quels sacrifices les hommes sont-ils prêts ? Jusqu’où tiendront-ils, dans un Etat qui dévore ceux qui le servent ?

 

Vous aurez peut-etre reconnu que c'est le fameux film qui a crée la surprise au César 2012 en remportant 3 César pour 11 nominations, alors que le film n'avait enregistré que 400 000 entrées dans les cinémas français lors de sa sortie.

 

Le film démarre de manière assez étrange par une scène qui est en fait un rêve ... Plutôt obscène il faut le dire, et qui a le don de surprendre. Néanmoins le début du film n'est pas très attrayant, on confond les personnages sans s'identifier à aucun d'eux réellement, donc on imagine que un tel est le héros alors que pas du tout, on essaye de suivre l'histoire tant bien que mal, Et là seulement tout prend du sens !

Une fois passé ce début de film un peu brouillon, une fois qu'on a bien réussit à mettre chaque personnage à sa place dans la hiérarchie politique, là seulement on se met à apprécier ce film ! Le personnage principal, c'est à dire un ministre des transports, devient la source principale d'interêt de ce film du fait d'une personnalité qui apparait de plus en plus surprenante au fil du film; ce qui est en partie du au très bon jeu de Olivier Gourmet auquel on s'identifie petit à petit, puisque bien qu'il soit ministre, il est issu due la classe populaire, et on le voit régulièrement dans des circonstances qui nous font le voir plus comme un homme qu'un politique (on le voit au lit avec sa femme (je vous passe les détails), on le voit bourré, on le voit même aux toilettes.)

Cependant le visionnage de ce film nécessite plus que de simples notions de politiques (que je n'ai pas vraisemblablement ^^'), ce qui gâche pas mal l'intrigue puisque le spectateur ne comprend pas toujours les dialogues qui se font, ni le vocabulaire employé, et donc ne reçoit pas les mêmes émotions que le personnage lorsqu'il s'extasie comme lorsqu'il est déçu. Les idées se mélangent et on finit par ne plus s'interesser à l'histoire du film mais uniquement aux personnages.

 

Pour finir sur une note positive comme d'habitude, l'ambiance générale est bien menée, on se sent vraiment dans les "coulisse de l'Etat", certaines scènes sont vraiment peu banales, et ajoutez à cela une fin inattendue (je vous laisse en juger en le regardant).

 

Petites vidéos pour rappeler la présence de Michel Blanc dans ce film (il a reçu pour cela le césar du meilleur acteur dans un second rôle), Flash Back !! -->

 

http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=UBQfpdippMw

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by fautlevoirpourlecroire - dans Drame - Romantique
commenter cet article

commentaires

ta d loi ducine 20/05/2012 12:50


Bonjour
J'avoue ne pas bien comprendre le "bien qu'il soit ministre il est issu du peuple". Qu'est-ce que le peuple, à quoi le reconnaissez-vous? L'appartement où habite le ministre (avec sa famille) ne
ressemble pas à un HLM. On ignore tout de sa formation (ses études), du métier exercé avant sa prise de fonction ministérielle... Qu'il soit capable de se bourrer la gu... ne donne pas forcément
d'indication sur sa CSP (catégorie socio-professionelle) d'origine. Quant au fait de le montrer sur le trône... c'est davantage un "parti-pris" réaliste du cinéaste, je pense (qui n'y va pas?) -
même si ça montre, c'est vrai, une certaine "conscience professionnelle" qui l'oblige à ne jamais être injoignable. Et enfin, pour les 400 000 spectateurs, j'aurais tendnce à penser que c'était
déjà pas si mal! Attendons maintenant le passage à la télé sur une grande chaîne et en début de soirée...


(s) ta d loi du cine, "squatter" chez dasola

Babou-69 20/05/2012 15:46



Salut !


Au risque de me tromper il me semble, et j'en suis presque persuadé, qu'un des personnages, un de ses associés je crois, dit assez clairement qu'il n'a pas grandi parmi une famille de la
haute-bourgeoisie contrairement à presque tous les autres ministres dans le film, et que c'est pour ça qu'il a une approche différente de la politique. Il faudrait que je retrouve ce passage pour
confirmer, et si je me suis trompé je retirerais ce passage là de ma critique.


Après le fait qu'il ne vive pas dans un "HLM" tient seulement je pense de sa nouvelle situation en tant que ministre. Le cinéaste n'a pas jugé nécessaire de pousser à ce point le personnage dans
la carricature. Il n'a pas voulu accentuer ce trait la de son caractère trop profondément, il aurait risqué de rendre son personnage ridicule. Je ne dis pas qu'il vit comme un ouvrier, mais qu'il
a vécu parmi eux, et en tant que ministre il est normal qu'il vive comme tel.


Merci pour le commentaire en tout cas !