Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Incipit

Welcome ! Bienvenue à ma remise personnelle des oscars et des gérards du cinéma mondial ! Vous trouverez ici des strass, du people, des paillettes, du mousseux, des spots, du bodyguard, mais surtout et par dessus tout : du partage !

Alors dévalez le tapis rouge à toute vitesse et venez lire, apprécier et commenter les critiques cinématographiques de ce blog ! Thank you !

 

 <<Le cinéma, c’est l’écriture moderne dont l’encre est la lumière.>>

Recherche

Script

"Vous connaissez ma femme ? Elle est belle hein ?" Le chef, RRRrrrr !!!

 

« Ecoute Bernard... J’crois que toi et moi, on a un peu le même problème ; c’est qu’on peut pas vraiment tout miser sur notre physique, surtout toi. Alors si je peux me permettre de te donner un conseil, c’est oublies qu’t’as aucune chance, vas-y, fonce ! On sait jamais, sur un malentendu ça peut marcher... " Gilbert, Les bronzés font du ski.

 

  "J’adore l’odeur du Napalm au petit matin " Apocalypse now.

   

"- Vous voulez terminer comme ces poulets ? Vous voulez mourir Bramard ? Décapité, vidé, plumé, c’est ça qu’vous voulez ?
  - Si c’est pour garder mes poules, oui !"OSS 117.

 

"Plutôt que l'amour, que l'argent, que la foi, que la célébrité, que la justice... donnez-moi la vérité" Into the wild.


L'écologie tend à combler le fossé que l'industrie a creusé entre l'homme et les animaux.

Je compense le carbone de mon blog avec les Petits gestes écolos de bonial.fr
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 01:23

Bonjour ou bonsoir amis lecteurs, aujourd'hui je me propose de partager quelque chose avec vous, un travail personnel. Cette chose n'est autre que mon premier devoir de Fac !

Alors non je ne vais pas commencé à exposer ma vie sur ce blog rassurez vous, ce blog reste entièrement dédié au CINEMA ! Et justement ce devoir de fac que je vous propose est un devoir sur le cinéma ! Je m'explique.

Le but était de constitué ce que l'on appelle un "dossier de presse" de quelques pages (2 à 4) sur n'importe quel thème d'actualité. Oui n'importe lequel ! Vous vous doutez donc que j'ai sauté sur l'occasion pour concocter un dossier de presse sur quelque chose touchant au cinéma, à savoir : Le 48 images / seconde !

Je partage ce petit devoir avec vous maintenant, en espèrant que vous apprécierez... Et si ce n'est pas le cas j'espère au moins que mes profs apprécieront !

 

P.S : Je vous passe la première partie ou je devais expliquer mon choix de sujet...

 

 

Dossier de Presse

Bastien MICHEL

 

 

Sujet : Le « 48 images par seconde » au cinéma.

 

 

 

 

Bien qu'existant depuis 1889, le cinéma parlant (par opposition au cinéma muet) a du attendre l'année 1926 pour se faire sa place dans les salles, avec le film Dom Juan par Alan Crosland, considéré comme le véritable premier long-métrage parlant de l'histoire. Le cinéma parlant marque la première grande révolution du cinéma, la première d'une série qui ne cesse de s'allonger encore jusqu'à nos jours , avec peut-être une nouvelle à venir très bientôt, celle du cinéma en 48 images par seconde.

 

 

Communément, et on pourrait même dire « de façon quasi-systématique », le cinéma s'est toujours tourné en ce que l'on appelle le « 24 images/seconde ». Qu'est ce que cela signifie ? C'est bien simple. Il faut savoir que la perception que notre œil a d'un film est erronée en quelque sorte. L’œil du spectateur a l'impression d'assister à une « image animée », alors qu'en réalité celui-ci assiste à la succession très rapide d'un très grand nombre « d'images fixes » : 24 images par seconde pour être exact ! C'est ce flux constant d'image projetées très rapidement qui donne l'illusion à l’œil humain de n'avoir qu'une seule et même image mouvante devant lui. Ce procédé est possible grâce à ce qui s'appelle la persistance rétinienne, que l'on définit ainsi : La persistance rétinienne est la capacité ou défaut de l'oeil à conserver une image vue superposée aux images que l'on est en train de voir. Avec une fréquence aussi élevée que celle de 24 images par seconde, le cerveau n'a pas le temps d'intégrer mentalement une image que déjà la suivante est là, ce qui donne l'illusion de continuité du film.

Il faut d'ailleurs savoir que c'est grâce à ce procédé que l'on arrive à créer des ralentis ou des accélérés au cinéma ! En accélérant la cadence d'enregistrement, puis en diffusant la séquence à une vitesse normale de 24 images par seconde, on obtient un ralenti. De la même manière, en ralentissant la cadence d'enregistrement puis en diffusant la séquence à une vitesse normale, on obtient un accéléré. Logique.

Venons en désormais au sujet que nous souhaitons traiter et qui est celui du 48 images par seconde. Maintenant que nous avons expliqué le fonctionnement de l'image cinématographique, chacun est en mesure de comprendre que le fait de passer de 24 images par seconde à son double aura très certainement de grandes répercussions sur le rendu visuel pour les spectateurs ! Et bien qu'à titre personnel je n'ai jamais eu l'occasion de tester ce genre de film en avant-première, les témoignages de ceux qui ont eu cette chance laissent à penser que le rendu est bien différent de celui d'un film « commun ». A commencer par les témoins les plus importants ! Peter Jackson, réalisateur de la trilogie du Seigneur des Anneaux (17 oscars, 246 récompenses, un record absolu) et qui, surtout, est sur le point de devenir le premier réalisateur à tourner un film qui sortira en salle en 48 images/seconde. Du même avis que lui nous avons également James Cameron (Titanic, Avatar, etc...), fervent défenseur de la 3D, et qui défend de tout cœur le projet de Peter Jackson. Ce qu'ils pensent du 48 images/seconde ? Jackson vante les mérites de ce cinéma qui garantirait selon ses propres mots « une clarté et une fluidité d’image grandement améliorées. », et bien qu'il admette qu'il puisse nécessiter un temps d'adaptation, il assure que celui-ci est très court et ne suffit absolument pas à gâcher le rendu final.

Les témoignages recueillis des rares spectateurs ayant eu la chance d'assister à l'une de ces séances « tests» sont eux pour l'instant mitigés. Certains disent de ce cinéma qu'il « a l’air fantastique, mais c’est vraiment un changement bizarre. ». D'autres, éblouis mais pragmatiques affirment que « c’était un spectacle merveilleux, mais tout le monde n’appréciera pas le changement ». Enfin certains n'ont pas apprécié l'innovation ou restent dubitatifs : « L’image est trop nette. Tout a l’air comme accéléré. Cela ressemble plus à un film tourné pour la télé, parfois trop réel, voire faux »

Jackson se défend de donner une quelconque leçon aux réticents ! Il dit :  « C’est littéralement une nouvelle expérience. (…) Je ne peux rien dire de plus. Tout comme je ne peux rien dire à quelqu’un qui n’aime pas le poisson. Vous ne pouvez pas expliquer que le poisson est savoureux et pourquoi il devrait en profiter ». Ces quelques mots en disent long sur l'état d'esprit du cinéaste et sur son engouement pour cette évolution du cinéma, chose compréhensible venant de lui puisque Jackson (tout comme Cameron) a toujours été un futuriste dans son métier de réalisateur. Il n'y a pour cela qu'à admirer le travail titanesque et invraisemblable qu'il a accomplit avec son équipe pour mettre Le Seigneur des Anneauxà l'écran, alors que ce film était depuis longtemps réputé inadaptable ! Jackson le futuriste, Jackson le révolutionnaire du cinéma ? Peut-être bien.

Ou alors peut-être le 48 images/seconde connaîtra-t-il le même « sort » que la 3D ? Car non toutes les innovations ne sont pas accueillies les bras ouverts ! Christopher Nolan a dit, à propos de la 3D qu'il a refusé d'adopter pour son film Batman The Dark Knight rises : « la question de la 3D est très simple. Je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui véritablement adore le format, et c'est toujours une source de grande préoccupation pour moi lorsque vous payez un prix plus élevé pour quelque chose dont personne ne semble avoir un grand enthousiasme pour. ». Il résume ainsi tout ce que l'on peut reprocher à la 3D, et qui lui a été reproché d'ailleurs. La 3D coûte cher, tant pour le cinéaste que pour le spectateur. La 3D n'est pas toujours nécessaire, seuls certains films à fort potentiel visuel peuvent avoir un intérêt à l'utiliser. La 3D n'est pas forcément agréable à regarder, beaucoup de personnes se plaignent de maux aux yeux et à la tête suite à une séance en trois dimensions.

Après un début en fanfare avec entre autresAvatarou Harry Potter,la 3D connaît aujourd'hui un net déclin suite à toutes les polémiques qu'elle a créé. Les anti-3D sont nombreux, et ses défenseurs n'ont pas toujours le budget pour de telles réalisations, hormis de rares cas tel que James Cameron qui a fait ressortir Titanicdans les salles en y ajoutant la 3D, le simple fait d'y ajouter la 3D ayant coûté 30 millions d'euros (de quoi réaliser plusieurs films). Hormis ce cas à part, peu de monde ose aujourd'hui encore défendre la 3D ouvertement.

 

 

On peut donc se demander ce qu'il adviendra du 48 images par seconde à sa sortie. Est-ce un embryon de révolution cinématographique au même titre que le cinéma parlant ? Une invention esthétique mais inutile ? Sera-t-elle acceptée par le milieu ou rejetée par celui-ci ? Quoiqu'il en soit, avec ce film, Peter Jackson va de toute manière marquer une page de l'histoire du cinéma... Une autre page pour sa part !

 

 

 

 

 

Outils et Requêtes utilisées :

 

 

  • Recherche Google →  « persistance rétinienne » → Page wikipédia « persistance rétinienne »

  • Recherche google → « Cinéma » → Page Wikipédia « cinéma »

  • Site web : « Vocabulaire de base pour le domaine du cinéma en français »

  • Google recherche → « 48 images par seconde » → Sites inspectés: « 01,net » et « Gizmodo ».

  • Catalogue électronique de L'Université Lyon 2 : Requête : « la 3 dimension au cinéma »

 

Bibliographie :

 

Mathieu CARRATIER. Last knight. Première. 2012, n°425, p.90-101

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Babou-69 - dans Autres
commenter cet article

commentaires