Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Incipit

Welcome ! Bienvenue à ma remise personnelle des oscars et des gérards du cinéma mondial ! Vous trouverez ici des strass, du people, des paillettes, du mousseux, des spots, du bodyguard, mais surtout et par dessus tout : du partage !

Alors dévalez le tapis rouge à toute vitesse et venez lire, apprécier et commenter les critiques cinématographiques de ce blog ! Thank you !

 

 <<Le cinéma, c’est l’écriture moderne dont l’encre est la lumière.>>

Recherche

Script

"Vous connaissez ma femme ? Elle est belle hein ?" Le chef, RRRrrrr !!!

 

« Ecoute Bernard... J’crois que toi et moi, on a un peu le même problème ; c’est qu’on peut pas vraiment tout miser sur notre physique, surtout toi. Alors si je peux me permettre de te donner un conseil, c’est oublies qu’t’as aucune chance, vas-y, fonce ! On sait jamais, sur un malentendu ça peut marcher... " Gilbert, Les bronzés font du ski.

 

  "J’adore l’odeur du Napalm au petit matin " Apocalypse now.

   

"- Vous voulez terminer comme ces poulets ? Vous voulez mourir Bramard ? Décapité, vidé, plumé, c’est ça qu’vous voulez ?
  - Si c’est pour garder mes poules, oui !"OSS 117.

 

"Plutôt que l'amour, que l'argent, que la foi, que la célébrité, que la justice... donnez-moi la vérité" Into the wild.


L'écologie tend à combler le fossé que l'industrie a creusé entre l'homme et les animaux.

Je compense le carbone de mon blog avec les Petits gestes écolos de bonial.fr
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 16:14

Réalisateur : Rian JohnsonLooper

 

Acteurs : Joseph-Gordon Levitt, Bruce Willis, Emily Blunt

 

Genre : Thriller / Science-Fiction

15/20

Sortie : 3 octobre 2012

 

Nationalité : Américain

 

Durée : 2h00

 

Après un début de film tonitruant qui aurait pû faire de lui une référence en matière de Thriller / Science-Fiction (Un peu comme Inception), Looper connaît un passage à vide d'une bonne demie-heure qui est très regrettable, et qui pousse à s'interroger sur la longueur du film !

D'autant plus que le début avait vraiment les capacités de faire de ce film quelque chose de formidable ! Le scénario, bien que compliqué en soi (beaucoup de flash-back et une style non-linéaire) peut être suivi sans trop de difficultés et est tout simplement très bon ! Les personnages sont tous intéressants, et surtout la vision qu'a eu le cinéaste du futur est assez étonnante, et bien loin des clichés en la matière ! Certes les véhicules volent, classique, mais ce n'est le cas que des motos. La plupart des voitures sont les mêmes qu'aujourd'hui, mais en complétement pourries, usées par l'âge, rafistolées avec des plaques de métaux rouillés etc.. On est fort loin des engins de Matrix ou de Star Wars (même si, je le sais, on n'est ici qu'en 2030/2040). La taille des immeubles a encore grimpée, la Chine est, d'après ce qu'on peut entendre là dessus, "the place to be", et la population est très pauvre, corrompue, et armée. Tout cela nous est dévoilé par Rian Johnson à travers des scènes pas toujours subtiles mais brutales au contraire, et néanmoins extrêmement efficaces !


Mais voilà, le film dure 2 heures, et à partir d'environs 1h15, on assiste à un passage à vide monumental d'une demie heure qui détruira, je pense, les chances de ce film d'avoir le succès que l'incipit méritait ! Pourquoi un tel chaos ? Parce que pendant cette demie-heure resurgissent tous les clichés que le réalisateur avait semblé décider de laisser tomber. Le héros en devient vraiment un, il a toutes les qualités et est très charmeur, puisqu'il n'a rien à faire pour qu'une certaines Sara (Emily Blunt) lui tombe dans les bras. De plus, Bruce Willis, qui incarne le personnage de J.G version vieux, est chassé par "la bande" des loopers, et la course-poursuite est longue... trop longue, et s'étale sur plusieurs scènes, séparées par d'autres scènes dans lesquelles sa version jeunes s'occupe à des choses plutôt futiles et trop étendues dans le temps. Bref, tout cela fait que le film se ralentit tout d'un coup et ne redémarre vraiment qu'à la fin, une fin qui nous laisse sur notre faim.

 

Joseph-Gordon Levitt signe ici certainement son meilleur rôle, dans un personnage qui m'a plu personnellement car il n'est pas du tout le stéréotype du héros Hollywoodien. Il est toxico, cupide, non-amical, torturé par son passé... Ou du moins pendant 1h15 surement, la suite vous la connaissez, je viens de vous la raconter. La fin ne colle pas bien non plus au personnage puisque justement, celle-ci envisage ce même personnage éxecuter une action très héroique (Hollywood is Hollywood hein), contrairement à toute la première heure du film ou le personnage est impeccable, un véritable anti-héros ! Avec un scénario et un personnage aussi travaillé, l'erreur classique est de ne pas respecter "ses propres règles", à savoir : Que le personnage reste fidèle à lui-même, et que le scénario reste cohérent. Je me répète, mais hormis sur la fin du film, les règles sont bien respectées.

 

Un film, en somme, qui nous plonge dans un scénario et une intrigue démentielle dès le début, mais qui 'essouffle complètement avec le temps, pour finalement laissé un spectateur tantôt emballé par le fond, et frustré par la forme.

Si un mot pouvait résumé ce film ce serait ... Dommage.

 
http://www.passion-cinema.com/img/news/news-2012/looper-joseph-gordon-levitt-bruce-willis-emily-blunt-jeff-daniels-2378.jpg
Tableau :
TOTAL (/20)   15
Originalité / Scénario (/5)   3
Acteurs / Interprétation (/5)   4
Message véhiculé / Thèmes / Ambiance (/5)
  4
Photographie (décors, images, musique...) (/5)

   4


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires