Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Incipit

Welcome ! Bienvenue à ma remise personnelle des oscars et des gérards du cinéma mondial ! Vous trouverez ici des strass, du people, des paillettes, du mousseux, des spots, du bodyguard, mais surtout et par dessus tout : du partage !

Alors dévalez le tapis rouge à toute vitesse et venez lire, apprécier et commenter les critiques cinématographiques de ce blog ! Thank you !

 

 <<Le cinéma, c’est l’écriture moderne dont l’encre est la lumière.>>

Recherche

Script

"Vous connaissez ma femme ? Elle est belle hein ?" Le chef, RRRrrrr !!!

 

« Ecoute Bernard... J’crois que toi et moi, on a un peu le même problème ; c’est qu’on peut pas vraiment tout miser sur notre physique, surtout toi. Alors si je peux me permettre de te donner un conseil, c’est oublies qu’t’as aucune chance, vas-y, fonce ! On sait jamais, sur un malentendu ça peut marcher... " Gilbert, Les bronzés font du ski.

 

  "J’adore l’odeur du Napalm au petit matin " Apocalypse now.

   

"- Vous voulez terminer comme ces poulets ? Vous voulez mourir Bramard ? Décapité, vidé, plumé, c’est ça qu’vous voulez ?
  - Si c’est pour garder mes poules, oui !"OSS 117.

 

"Plutôt que l'amour, que l'argent, que la foi, que la célébrité, que la justice... donnez-moi la vérité" Into the wild.


L'écologie tend à combler le fossé que l'industrie a creusé entre l'homme et les animaux.

Je compense le carbone de mon blog avec les Petits gestes écolos de bonial.fr
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 22:42

Réalisateur : M. Night Shyamalan

 

Acteurs : Mark Wahlberg, Zooey Deschanel, John Leguizamo

 

Genre : Fantastique / Catastrophe

 

Année de sortie : 2008

 

Nationalité : Américain / Indien

 

Durée : 1h30

 

Note : 09/20

 


 

Synopsis :

En quelques minutes, des dizaines, des centaines de gens meurent dans des circonstances étranges, terrifiantes, totalement incompréhensibles. Qu'est-ce qui provoque ce bouleversement radical et soudain du comportement humain ? Est-ce une nouvelle forme d'attaque terroriste, une expérience qui a mal tourné, une arme toxique diabolique, un virus qui a échappé à tout contrôle ? Et comment cette menace se propage-t-elle ? Par l'air, par l'eau, ou autrement ?
Pour Elliot Moore, professeur de sciences dans un lycée de Philadelphie, ce qui compte est d'abord d'échapper à ce phénomène aussi mystérieux que mortel. Avec sa femme, Alma, ils fuient en compagnie d'un ami, professeur de mathématiques, et de sa fille de huit ans.

 

 

 

Après le 6ème Sens avec Bruce Willis, après Incassable avec Samuel Jackson, après Joaquin Phoenix, voici le nouveau chef d'oeuvre de M. Night Shyamalan : Phénomènes avec Mark Wahlberg !... Sauf qu'en fait c'est un immense bide artistique.

Parti pourtant sur d'excellentes bases, ce film catastrophe est admirablement foiré de bout en bout ! Alors parlons des fameuses "excellentes bases", qui résident exclusivement dans le synopsis du film : Après que l'humain ai fait endurer tant de souffrance a la planète et à ses plantes, voici que les arbres se rebellent et grâce à une neuro-toxine qui se transmet dans l'air, ils vont faire en sorte que chaque humain inhalant ce gaz soit aussitôt pris de l'envie de se suicider. A mon gout c'est une très très bonne idée de base, bien loin des clichés des films catastrophes habituels avec les scénarios prémachés genre "Des extra-terrestres ont besoin d'une nouvelle planète car la leur a explosé, ils ont pris pour cible la Terre". L'idée de Shymalan est surement de pointer du doigt la pollution et la destruction de la planète par l'homme, tout en créant un scénario tout à fait inimaginable avec des arbres qui executeraient leur propre sentence...

 

Sauf que la sauce ne prend pas du tout ! Car l'originalité du film s'arrête à son idée de base, ensuite tout n'est que carricature, clichés, incohérences et dialogues bateaux !

Mark Wahlberg, loin d'être convaincant, incarne le personnage principal, et surtout le parfait stéréotype du héros hollywoodien. La trentaine, beau gosse, comique, fidèle à son ami, toujours prêt à partir en éclaireur pour sauver la veuve et l'orphelin. Bref, terriblement chiant ! Mais ce n'est pas pire que Zooey Deschanel, qui incarne sa compagne, Alma, qu'elle joue terriblement mal d'ailleurs ! Elle est presque ridicule en jeune fille en manque d'enfant qui va essayer de prendre soin de la fille d'un ami défunt. Horrible.

Les suicides, exceptés un ou deux, sont très généralement très mal mis en scène ! Le réalisateur aurait du choisir très clairement entre "montrer" ou "ne pas montrer". Alors que là un coup on voit des pendus bien dégueulasses, et la scène d'après on ne devine la mort d'une personne que de façon implicite. Au final les suicides sont sympas dans la première scène car totalement innatendus, mais on s'en lasse vite.

Petit pouce en l'air pour James Newton Howard qui arrive tout de même à nous faire passer de charmants moments acoustiques, avec quelques accords qui font mouche ! Mais on ne rattrape pas un film avec une bonne musique, désolé Night Shyamalan (imprononçable ce nom...), jusque là j'avais adoré tout tes films ! So disappointed...

 

A noter que la fin du film est plutot  pessimiste (je n'en dirai pas plus pour ne pas spoiler les personnes susceptibles de voir le film !), ce qui peut traduire un engagement plus que thématique de la part de Shyamalan dans tout ce qui est protection de l'environnement... Ce qui ne serait pas pour me déplaire, car comme vous l'avez peut-être remarqué, ce blog est neutre en CO² ! (<- Voir la rubrique avec le pins à gauche !)

 

Merci d'avoir lu cette critique, je vous invite également à consulter la/les vidéos du blog, avec le nouveau concept "Faut le Croire pour le voir", en partenariat avec mon cher Téo !

 

A très bientôt cinéphiles de tout poil !

 

TOTAL (/20)   9
Originalité / Scénario (/5)   4
Acteurs / Interprétation (/5)   1
Message véhiculé / Thèmes / Ambiance (/5)
  2
Photographie (décors, images, musique...) (/5)

  2

 

 


 

Bande annonce :

Repost 0
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 16:14

Réalisateur : Rian JohnsonLooper

 

Acteurs : Joseph-Gordon Levitt, Bruce Willis, Emily Blunt

 

Genre : Thriller / Science-Fiction

15/20

Sortie : 3 octobre 2012

 

Nationalité : Américain

 

Durée : 2h00

 

Après un début de film tonitruant qui aurait pû faire de lui une référence en matière de Thriller / Science-Fiction (Un peu comme Inception), Looper connaît un passage à vide d'une bonne demie-heure qui est très regrettable, et qui pousse à s'interroger sur la longueur du film !

D'autant plus que le début avait vraiment les capacités de faire de ce film quelque chose de formidable ! Le scénario, bien que compliqué en soi (beaucoup de flash-back et une style non-linéaire) peut être suivi sans trop de difficultés et est tout simplement très bon ! Les personnages sont tous intéressants, et surtout la vision qu'a eu le cinéaste du futur est assez étonnante, et bien loin des clichés en la matière ! Certes les véhicules volent, classique, mais ce n'est le cas que des motos. La plupart des voitures sont les mêmes qu'aujourd'hui, mais en complétement pourries, usées par l'âge, rafistolées avec des plaques de métaux rouillés etc.. On est fort loin des engins de Matrix ou de Star Wars (même si, je le sais, on n'est ici qu'en 2030/2040). La taille des immeubles a encore grimpée, la Chine est, d'après ce qu'on peut entendre là dessus, "the place to be", et la population est très pauvre, corrompue, et armée. Tout cela nous est dévoilé par Rian Johnson à travers des scènes pas toujours subtiles mais brutales au contraire, et néanmoins extrêmement efficaces !


Mais voilà, le film dure 2 heures, et à partir d'environs 1h15, on assiste à un passage à vide monumental d'une demie heure qui détruira, je pense, les chances de ce film d'avoir le succès que l'incipit méritait ! Pourquoi un tel chaos ? Parce que pendant cette demie-heure resurgissent tous les clichés que le réalisateur avait semblé décider de laisser tomber. Le héros en devient vraiment un, il a toutes les qualités et est très charmeur, puisqu'il n'a rien à faire pour qu'une certaines Sara (Emily Blunt) lui tombe dans les bras. De plus, Bruce Willis, qui incarne le personnage de J.G version vieux, est chassé par "la bande" des loopers, et la course-poursuite est longue... trop longue, et s'étale sur plusieurs scènes, séparées par d'autres scènes dans lesquelles sa version jeunes s'occupe à des choses plutôt futiles et trop étendues dans le temps. Bref, tout cela fait que le film se ralentit tout d'un coup et ne redémarre vraiment qu'à la fin, une fin qui nous laisse sur notre faim.

 

Joseph-Gordon Levitt signe ici certainement son meilleur rôle, dans un personnage qui m'a plu personnellement car il n'est pas du tout le stéréotype du héros Hollywoodien. Il est toxico, cupide, non-amical, torturé par son passé... Ou du moins pendant 1h15 surement, la suite vous la connaissez, je viens de vous la raconter. La fin ne colle pas bien non plus au personnage puisque justement, celle-ci envisage ce même personnage éxecuter une action très héroique (Hollywood is Hollywood hein), contrairement à toute la première heure du film ou le personnage est impeccable, un véritable anti-héros ! Avec un scénario et un personnage aussi travaillé, l'erreur classique est de ne pas respecter "ses propres règles", à savoir : Que le personnage reste fidèle à lui-même, et que le scénario reste cohérent. Je me répète, mais hormis sur la fin du film, les règles sont bien respectées.

 

Un film, en somme, qui nous plonge dans un scénario et une intrigue démentielle dès le début, mais qui 'essouffle complètement avec le temps, pour finalement laissé un spectateur tantôt emballé par le fond, et frustré par la forme.

Si un mot pouvait résumé ce film ce serait ... Dommage.

 
http://www.passion-cinema.com/img/news/news-2012/looper-joseph-gordon-levitt-bruce-willis-emily-blunt-jeff-daniels-2378.jpg
Tableau :
TOTAL (/20)   15
Originalité / Scénario (/5)   3
Acteurs / Interprétation (/5)   4
Message véhiculé / Thèmes / Ambiance (/5)
  4
Photographie (décors, images, musique...) (/5)

   4


 
Repost 0
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 23:27

                  J'ai remarqué que je ne connaissais pas suffisament de films de Tim Burton a mon goût, alors j'en ai regardé quelques uns ! J'ai commencé par Big Fish, un chef d'oeuvre, j'ai adoré ! Mais aujourd'hui c'est de Sleepy Hollow que je viens de visionner dont je vais vous parler...

 

Réalisateur : Tim Burton

Avec : Johnny Depp, Christina Ricci, Christopher Walker

Genre : Fantastique, Horreur

Année de sortie : 2000

Nationalité : Américaine / Allemande

Durée : 1h45

Citation favorite : ""

 

 

 

Interdit aux moins de 12 ans

En 1799, dans une bourgade de La Nouvelle-Angleterre, plusieurs cadavres sont successivement retrouves décapitées. Les têtes ont disparu. Terrifies, les habitants sont persuades que ces meurtres sont commis par un étrange et furieux cavalier, dont la rumeur prétend qu'il est lui-même sans tête. Les autorités new-yorkaises envoient alors leur plus fin limier pour éclaircir ce mystère. Ichabod Crane ne croit ni aux légendes, ni aux vengeances post-mortem. Mais, a peine arrive, il succombe au charme étrange et vénéneux de la belle Katrina Van Tassel.

 

 

                    J'ai été effaré de voir toutes les critiques positives qu'a connu ce film à sa sortie, et notamment en France où sur 24 journaux et magazines "impliqués" dans le cinoche, 10 lui ont attribué la note maximale de 5/5 et les 14 autres lui ont attribué un 4/5 ! Mince quoi, ce film est d'un ennui !

                    Le scénario, extrêmement pauvre, ne laisse que peu de place à une quelconque surprise ! Un homme décapité revient de parmi les morts et décapite d'autres bonhommes. Question : Que recherche-t-il ? Hmm, je sais pas, peut-être qu'il veut qu'on lui rende sa tête ! Oui BRAVO ! C'est aussi simple que ça en a l'air je vous le confirme.

                    Mais un scénario maigrichon peut toujours être rattrapé par une bonne mise en scène. Là encore, ce n'est pas le cas. Les discours sont d'un banal effrayant ! Tout n'est que beau-parlé (oui parce que ça se passe au temps jadis) et discours inutiles qui ne font en rien avancer un film qui a du mal à se finir. Les paroles amoureuses entre les deux protagonistes principaux nous (enfin "me") laissent totalement indifférents, et cela pour une raison très simple : nous ne sommes pas attachés à eux. Ichabod (drole de nom hein, c'est le personnage incarné par Depp, le personnage principal quoi) nous est sympathique au début, inspecteur qui essaye de faire avancer son temps, volontaire, ambitieux, mais craintif et hésitant, on commence à se retrouver en lui. Mais ce personnage s'effiloche petit à petit, ses comportements ne lui correspondent plus, il change et finalement on se désintéresse de lui tout simplement. Le problème étant que l'on ne peut reporter notre intéret sur aucun autre personnage, car ils sont tous aussi barbants les uns que les autres, ou alors meurent prématurément durant le film. Bref à partir de ce moment là, comprenez que le coeur n'y était plus, ce film m'ennuyait.

                     Et pourtant il y en a des points posistifs dans ce film, et pas des moindres ! Une noirceur très poussée qui rappelle d'autres films de Burton, comme "Sweeney Todd" ou plus récemment "Dark Shadows" (que je tiens en horreur). Un comique souvent présent par le biais de Jonnhy Depp. Un Johnny Depp d'ailleurs somme toute très bon dans ce film ! Il crée son personnage comme il sait le faire, mais quand le scénario n'est pas bon, le meilleur jeu d'acteur qui soit aura toujours du mal a rattrapé la chose...

Il y a aussi ce méchant, le cavalier sans tête ! Effrayant de par la rareté de ses intervention, et la violence de celles-ci. Chaque scène où il intervient illumine le vide du film d'une clairté malfaisante ! De plus, bien que ses intentions soient finalement risibles, sa fin est plutôt réussies.

                     Mais bon ce n'est pas suffisant pour rattraper une intrigue policière sans suspens ni réflexion, un jeu des acteurs de seconds rôles déplorable, une confusion générale due au grand nombre de personnage (dur de se souvenir des prénoms et noms de familles de 20 personnes lorsqu'elles apparaissent toutes au même moment du film), un jeu de caméra très peu présent et encore toutes les bassesses que j'ai énoncées précédemment.

Toutes ce choses qui ont fait que moi, personnellement, j'ai du me forcer à voir la fin du film uniquement pour pouvoir écrire cette critique, que j'espère que vous aurez appréciez. A bientôt !

 

P.S : Nouveau lien vers le blog d'une amie qui fait ses propres critiques de bouquins (Lien à retrouver dans la partie "producteurs" du blog, soit en bas à droite de la page d'accueil). Je vous mets ici le lien : link

Total 9.5/20
Originalité/scénario                                                            1.5/5  
Acteurs/Interprétation                                                           3/5  

Message véhiculé/Thèmes/Ambiance                                      2/5


Décors/Musiques/Images/Effets spéciauxance                       3.5/5

 
                      

 

 


 

Repost 0
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 19:24

J'ai vu Prometheus mais je ne suis pas en position de vous faire un article dessus, alors je vous dis ça vite fait :

- Au niveau visuel c'est NIKEL, les effets spéciaux sont magnifique et la 3D est excellente !

- Le scénario est sympa, assez travaillé... mais à mon goût il y a beaucoup trop de ressemblance avec "Alien", ça en devient presque exaspérant (même si Prometheus n'est en fait que le préambule d'Alien).

- Le film n'est pas trop long ni trop "lourd" (en effets spéciaux, en baston etc..).

- On ne s'ennuie pas.

 

Bref un Ridley Scott qui nous en met plein la vue... Mais avec du déjà vu. ;)

Repost 0